Je doute donc je TRIE !

Publiée le: 16/06/16

Depuis quelques années, le geste de tri dans notre département s’essouffle. Même si ce dernier est plutôt bien fait, malheureusement les quantités ne sont pas au rendez-vous. La qualité du tri qui n'est pas remise en question mais plutôt les faibles quantités !

Aujourd'hui, nos chiffres le montrent, encore un emballage sur trois n’est pas trié et finit avec les ordures ménagères ; ce qui n’est pas sans conséquence financière pour votre collectivité en charge de la collecte.

En effet, les emballages recyclables qui échappent au tri finissent par être enfouis et sont facturés en moyenne à hauteur de 110 € HT la tonne alors que cette même tonne triée ne lui coûte rien. Grâce aux recettes issues de la revente des emballages recyclés et aux soutiens versés par les éco-organismes, le SYDOM Aveyron ne facture pas aux collectivités, la prestation de tri. 

Jusqu’à ce jour, en cas de doute, le réflexe était de jeter à la poubelle noire avec les ordures ménagères plutôt que de trier et de se tromper. Cette consigne fait malheureusement du tri une exception et limite inévitablement les quantités de collecte sélective.

Il est vrai que les consignes de tri en évoluant, ont parfois perturbé le geste de tri. Aujourd'hui, elles deviennent plus simples et plus claires. Tous les papiers, tous les emballages métalliques et tous les cartons se recyclent ! Pour les emballages en plastique, c’est leur forme qui compte : toutes les bouteilles, flacons, bidons en plastique et sacs en plastique étirable se recyclent.
Malheureusement, nous constatons encore que le message ne passe pas et que de nombreuses personnes doutent du bac dans lequel il faut déposer la bouteille d’huile, la boîte de conserve, le carton de pizza, la brique de soupe, etc. Le réflexe est souvent de les jeter avec les ordures ménagères car ce sont des emballages sales ! Or, nous savons très bien recycler ces emballages, même sales !

Face à ce constat, un virage a été amorcé en juin 2015 avec une 1ère campagne de communication explicitant que les emballages propres et sales, petits et grands, avec ou sans bouchon peuvent être déposés dans le bac de collecte sélective, quel que soit l’emballage et son lieu de production (salle de bain, garage, manifestations…).

Afin que le doute profite au tri, le SYDOM Aveyron poursuit son action et mène actuellement une nouvelle campagne "choc" destinée à interpeller le public. En cas de doute, je trie !
Cette campagne s'inscrit dans le prolongement de la campagne 2015, c’est-à-dire qu’elle a été pensée pour rompre avec les habitudes : oui, les emballages sales, comme souillés se trient ! Oui, les bouteilles d'huile et les bouchons des bouteilles se recyclent ! etc. Seules deux conditions sont indispensables pour qu’ils soient acceptés dans votre sac/bac de tri : être bien vides et ne pas avoir contenu de produits toxiques.

Cette campagne se veut volontairement interpellante. N'oublions pas que même si les erreurs de tri ont un coût pour votre collectivité, un tri en quantité rapportera toujours plus que ce que coûte le refus de tri. Les vraies erreurs de tri qui impactent financièrement votre collectivité, ce sont les déchets d’équipements électriques électroniques (appareils électroménagers), le mobilier, les emballages en verre en quantité, les restes de repas, les cadavres d'animaux etc. qui arrivent dans nos centres de tri.

Pour vous accompagner au quotidien, le SYDOM vient de réaliser un mémotri repositionnable. Ce dernier était accompagné de la lettre d'information du SYDOM "SYDOM Infos" et a été distribué dans votre boîte aux lettres début juillet 2016.

Pour le consulter, cliquez ici.

Toutes les nouvelles du SYDOM